L’environnement à feu et à sang

Aux innombrables victimes des guerres, de 14-18 à l’invasion russe en Ukraine, s’ajoutent celles exposées à un environnement dévasté par les conflits. Pollution des eaux et des sols, destruction des écosystèmes, risques nucléaires... Des conséquences de très long terme qui restent encore difficiles à mesurer et à sanctionner.

Un article d'Alexia Eychenne paru dans le numéro de septembre de Causette.


Interview de Merle Hoffman, Militante historique pour le droit à l’avortement aux États-Unis

Pionnière de la lutte pour les droits des femmes aux États-Unis, Merle Hoffman a ouvert l’une des premières cliniques pratiquant l’avortement, en 1971. Près de cinquante ans après, alors que la Cour suprême a invalidé l’arrêt Roe vs Wade, permettant aux États de légiférer librement sur ce sujet, la septuagénaire reprend le combat. Clémence Levasseur l'a interviewée pour le magazine Femmes Ici et Ailleurs. Un entretien paru le 7 septembre, à lire ici.


Echos du monde, le magazine du CCFD-Terre Solidaire

Depuis le mois d'avril, l'Inco Audrey Chabal épaule la rédactrice en chef d'Echos du monde, le magazine trimestriel du CCFD-Terre solidaire. 

Réflexions sur les sujets et le chemin de fer, secrétariat de rédaction sur l'ensemble du magazine et rédaction d'articles, notamment pour les pages culture.

Dans le numéro d'été, de nombreux sujets sur l'Ukraine.

Echos du monde est disponible sur abonnement et en partie en ligne


Elles se mobilisent pour les Ukrainiens

Depuis le début des hostilités le 24 février dernier, indignés par les images du conflit, de nombreux français ont relevé leurs manches pour venir en aide à ce peuple opprimé. Trois d’entre eux nous expliquent pourquoi ils ont décidé de se mobiliser.

Une enquête de Clémence Levasseur parue dans Pleine Vie le 2 mai 2022, à lire ici.

Crédit photo : Cédric PIOCH/FNSPF


Guerre en Ukraine : quelle utilisation des réseaux sociaux par les journalistes sur le terrain ?

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, les réseaux sociaux représentent à la fois un outil de travail et des canaux de diffusion pour les journalistes présents sur place. Parfois plus que des publications traditionnelles, les « posts » des reporters suscitent l’émotion, touchent un autre public, et archivent au quotidien les événements.

Nous sommes le 6 janvier 2021. Donald Trump est encore président. Il est 20 h 44, heure française, quand Grégory Philipps, alors correspondant aux États-Unis pour Radio France, poste sur son compte Twitter personnel une vidéo de 24 secondes accompagnée d’un seul mot : « Capitole ». Les images montrent des assaillants, encouragés par des compatriotes, grimpant à mains nues un mur situé en contre-bas du siège du Congrès américain. En couvrant cet événement qu’il sait déjà historique, le journaliste a « deux priorités à cet instant : être à l’antenne pour raconter en direct ce qu’il se passe et diffuser le plus rapidement possible la vidéo ». Deux priorités et « deux cerveaux », l’un pour son média, l’autre pour les réseaux sociaux.

Grégory Philipps n’est plus sur le terrain. Mais le désormais directeur adjoint de la rédaction de France Culture, en charge du développement numérique, le sait : les journalistes envoyés couvrir l’invasion de l’Ukraine pensent inévitablement à la photo ou à la vidéo qui viendra accompagner un son. Car cette guerre, « à la différence d’autres conflits », précise Grégory Philipps, laisse la possibilité aux reporters de se servir d’internet directement sur leur téléphone portable. Et donc d’utiliser les réseaux sociaux. Twitter, canal de diffusion privilégié par les journalistes, mais pas seulement.

Lire la suite de l'article sur La Revue des médias, de l'INA


Inde : les motardes cassent les codes

À Delhi (Inde), des motardes sillonnent les routes sur des deux-roues mythiques. On les appelle les Bikerni. Pour Ankita, Shabnam et Jasmine, la moto est une source de vitesse et de sensations, mais aussi de luttes et d'émancipation.

Un reportage en BD d'Alexia Eychenne et Pierre Tissot (Wouzit) à retrouver dans le numéro 34 (printemps 2022) de la revue Topo.


Thierry Michel : « Pour que les victimes ne meurent pas une seconde fois »

Entretien · Dans son dernier documentaire, L’Empire du silence, le réalisateur belge s’attaque aux responsables des massacres qui déchirent la République démocratique du Congo depuis vingt-cinq ans. Pour mettre fin à l’indifférence générale, il a choisi de montrer les pires atrocités et de nommer les criminels de guerre.

Un article paru dans Afrique XXI le 16 mars 2022.


Les serpents tuent encore

Fléau des pays pauvres, les morsures de serpent constituent l’une des maladies tropicales les plus négligées. En Inde, elles tuent plus que nulle part ailleurs dans le monde. Cobras, vipères et bongares pourraient aussi y avoir le pouvoir de soigner, à condition de lever les obstacles industriels, logistiques et culturels à la production des sérums.

Un article d'Alexia Eychenne et Rozenn Le Saint paru dans Le Monde diplomatique d'octobre 2021.


En Afrique du Sud, de la lutte contre l’apartheid aux drames de la pollution

Les habitants de Sharpeville, township historique d’Afrique du Sud, sont malades de la pollution de l’air et de la contamination des eaux. La faute au trio industriel ArcelorMittal-Sasol-Eskom, mais aussi à la faillite de l’État et à une pauvreté endémique.

Un article paru dans Mediapart le 20 décembre 2020 à lire ici.