Et si on arrêtait de ruminer ?

Pourquoi m’a-t-elle dit ça ? Que va-t-il se passer si j’agis ainsi ? À force de ressasser nos inquiétudes ou nos doutes, nous en oublions de vivre l’instant présent. Sans pour autant trouver les solutions espérées.

Une enquête de Christine Lamiable parue dans Tribune Santé en octobre 2017.

Crédit photo : Elvin.


Faut-il baisser le son en boîte et dans les concerts ?

Dès octobre 2018, salles, discothèques et festivals ne pourront plus diffuser de la musique au-delà de 102 décibels. Réclamé par les médecins, cet abaissement du seuil légal inquiète certains professionnels.

Un débat signé Christine Lamiable, paru dans Le Parisien Magazine du 15 septembre 2017.

Crédit photo : Philippine.


Je suis envieux

Faut-il vraiment, comme l'affirmait Jules Renard, savoir que les autres ne sont pas heureux pour l'être vraiment ? Nous n'irons pas jusque là. Mais il arrive que le bonheur de certaines personnes provoquent chez d'autres une envie dévorante et douloureuse. Pourquoi ?

Les réponses de Virginie Megglé, psychanalyste, et Catherine Raverdy, psychologue clinicienne, dans un article de Christine Lamiable paru dans le numéro d'août 2017 de Psychologies.

Crédit photo : Javier Morales.


Les Mots pour l'écrire

Depuis janvier, à Paris, l'école Les Mots propose aux écrivains en herbe de bénéficier des conseils d’auteurs reconnus. Ce lieu unique de transmission des techniques littéraires a ouvert ses portes à Christine Lamiable. Un reportage paru dans le Parisien Magazine le 13 juillet 2017.

Ecole Les Mots : 4, rue Dante, Paris (5e). lesmots.co/

Crédit photo : Nicolas Duprey / CD 78


La fin du cauchemar

Pour 5 % de la population, sommeil rime avec mauvais rêves. Un trouble souvent handicapant. Mais une technique existe qui peut y remédier. Le Pr Isabelle Arnulf, neurologue et chef du service des pathologies du sommeil à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), et le Dr Élisabeth Groos, psychiatre dans ce même service, nous l'expliquent.

Une enquête de Christine Lamiable parue dans Tribune Santé en juillet 2017.

Crédit photo : Reflected Serendipity.


J'en ai assez de tout organiser

Hiver comme été, au travail ou en vacances, Nadia, 45 ans, chargée de mission RH, a l’habitude de tout organiser. « J’agis avant tout le monde car j’ai mon opinion sur la manière dont un projet doit être mené et parce que j’aime que ça aille vite. Sinon, ça m’agace. C’est très confortable pour mes collègues ! Mais mon attitude a eu une influence négative sur mon mari et ma fille. À présent, j’ai beau leur demander d’en faire plus par eux-mêmes, ils me demandent sans cesse comment agir. »

Comment lutter contre ce besoin  de contrôle ? Les réponses de Juliette Allais, psychanalyste, et Odile Chabrillac, psychothérapeute analytique, sous la plume de Christine Lamiable. Un article paru dans Psychologies en juillet 2017.

Crédit photo : Kamillia Oliveira.


Faut-il supprimer les devoirs à la maison ?

Dès la rentrée de septembre, un dispositif facultatif doit permettre aux élèves de faire leurs devoirs dans leur établissement. Cet outil, qui entend lutter contre le décrochage, ne fait pas l’unanimité.

Interviews de Laurent Fillion, professeur d'histoire-géographie en collège, et Christine Henniqueau, psycho-pédagogue, par Christine Lamiable pour le Parisien Magazine du 16 juin 2017.

Crédit photo : Patrick.


Faut-il décerner des prix non genrés au cinéma ?

Cette année, la cérémonie américaine MTV Movie & TV Awards a récompensé les interprètes sans distinction de genre. Emma Watson, primée pour La Belle et la Bête, s’en est réjouie. Mais ce choix reste discuté.

Interviews de Cynthia-Laure Etom, présidente et fondatrice de Women in Film France, et de Gwénaëlle Le Gras, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Bordeaux-Montaigne, parues dans le Parisien Magazine le 9 juin 2017.

Crédit photo : Kingsley Huang.


Je n'aime pas être photographié

Comme un certain nombre de personnes, Louise, 47 ans, bibliothécaire, fuit les objectifs comme la peste. « J'ai beaucoup de mal à me voir en photo. Ce n'est pourtant pas que je me trouve affreuse mais il y a un décalage entre l'image que j'ai de moi et celle que je vois sur papier glacé ou sur écran. Et ce n'est jamais à l'avantage de la photographie ! Je me trouve mieux en vrai. »

Virginie Megglé, psychanalyste, et Elsa Godart, psychanalyste et philosophe, expliquent ce que révèle cette peur d'être photographié. Un article de Christine Lamiable paru dans Psychologies en avril 2017.

Crédit photo : L'art au présent.