Après la charge mentale, la charge morale des femmes

Faire des gestes écolos au quotidien motive de plus en plus de personnes. Mais souvent, cet effort environnemental repose, à la maison, sur les femmes. Préparation de repas zéro déchet et locaux, fabrication de produits cosmétiques…. tout cela demande du temps. Au point que certaines femmes n’en peuvent plus.

Un article paru dans l'Express en février 2020.


A l’île d’Yeu, pas facile de se lancer dans l’agriculture

Lionelle Arnaud est éleveuse de poules à l’île d’Yeu. Depuis qu’elle a a annoncé son projet de ferme de poules bio, elle a connu de grandes difficultés pour que son installation voit réellement le jour. En cause, plusieurs choses. Le manque de tradition agricole à Yeu alors que l’essentiel de l’activité économique provient de la pêche et le tourisme. Mais aussi les conflits de voisinage. Lionelle en a fait les frais. En face de ses terres, des voisins ont décidé de lui mener la vie dure par peur du bruit et des odeurs. Pour autant, l’île d’Yeu rêve d’une plus grande autonomie alimentaire et les autorités locales et les associations veulent favoriser l’installation des paysan.nes comme Lionelle. Cette problématique concerne d’ailleurs de nombreuses autres îles françaises.

Un reportage publié sur Reporterre en février 2020.


L'Hôpital défend les femmes

Certaines victimes de violences conjugales ne parviennent pas à porter plainte. A Saint-Lô, en Normandie, le dispositif Envol permet aux médecins de l'hôpital mémorial de le faire à leur place si elles le souhaitent.

Un reportage de Christine Lamiable pour Grazia, paru le 7 février 2020.


Dans l’enseignement supérieur, des activités extra-académiques de plus en plus stratégiques

Dans un contexte de déclin des concours écrits et de la montée en puissance de la sélection sur dossier et oraux, les activités extra-académiques permettent aux candidats de se distinguer. Au risque d’accentuer les biais sociaux. Un article paru dans Le Monde.


Le médecin qui fait parler les morts

Médecin légiste depuis plus de trente ans, Michel Sapanet se définit comme "un enquêteur du corps" : il fait parler les cadavres suspects pour comprendre les circonstances de leur mort. Alors qu'il publie « En Direct de la morgue » (Ed. Plon), Clémence Levasseur l'a rencontré à l'Institut Médico-légal de Poitiers.

Un article suivi des bonnes feuilles de l'ouvrage, publié le 24 janvier dans Le Parisien Week-end, et à lire ici.

crédit photo : CC Chambre des Députés


Dry January, pas d'alcool pendant un mois?

Cesser de boire ou baisser considérablement sa consommation, c’est le concept de ce challenge venu du Royaume-Uni. En plus des bienfaits observés sur le sommeil, la peau ou encore sur le poids, c’est l’occasion de faire un point sur son rapport avec l’alcool. Prête à relever le défi ?

 

Un article de Clémence Levasseur paru dans Marie France le 8 décembre 2019, à lire ici.

Photo: CC Aris Gionis


L’oral, nouvel élément clé de la sélection dans l’enseignement supérieur

L’exercice va devenir l’épreuve phare de certains concours et du bac. A Gennevilliers, une association intervient auprès de lycéens pour les aider à développer leurs compétences dans ce domaine, très socialement discriminant. Enquête à lire dans Le Monde.


Je vis avec mon père non-voyant

Au collège, peu savent que le père d’Illiana, 12ans, est aveugle. Ce n’est pas un sujet tabou, mais elle ne ressent pas le besoin de le dire. Car, selon elle, il n’y a rien d’exceptionnel !

"Tu dois laver ton père ? Tu dois faire la cuisine et le ménage ?”, lui a demandé un jour un élève, d’un air horrifié. Ces questions désagréables, Illiana les entend souvent à propos de son père, Julien, atteint d’une maladie qui l’a privé de la vue à l’âge adulte comme sa sœur...

Un reportage de Marion Esquerré et Vincent Jarousseau (photos) pour le Monde des ados du 18 décembre 2019, à lire ici.


24h avec Moussa Alawieh, maraîcher

Il sème, prépare la terre, plante, cueille… Dix heures de travail physique par jour pour livrer chaque semaine des légumes bio à une Amap. Ce passionné représente une génération nouvelle d’agriculteurs.

Ce lundi, le programme est chargé. Les genoux dans la terre, Moussa Alawieh et son stagiaire plantent des salades. Il faut aussi commencer à préparer les 30 paniers qu’il livrera jeudi à l’Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne) avec laquelle il est sous contrat. Ils se rendent alors dans une serre aux allures de forêt vierge pour cueillir des tomates. Et en profitent pour alléger les pieds de leurs feuilles. « En cette saison, ça mûrit plus lentement. Il faut concentrer l’énergie vers les fruits », explique Moussa. La minuterie de son téléphone résonne. C’est l’heure d’éteindre le brumisateur de l’abri à semis. Il laisse son apprenti dans les tomates. Au pas de course, il parcourt les chemins de la ferme de Toussacq ...

Un reportage de Marion Esquerré pour le magazine le CGT Ensemble ! de novembre 2019, avec les photos de Thierry Nectoux. A lire ici.

 

crédit photo : ©Thierry Nectoux