Uber, à bout de course

Uber, à bout de course

Uber. Le nom sonne comme une menace à l’oreille des taxis, comme une promesse à celle d’habitants de quartiers défavorisés. Pour les uns, il est synonyme de concurrence débridée, pour les autres, de berlines, d’emploi et de liberté. Dans l’Essonne ou la Seine-Saint-Denis, ces territoires où le chômage et les discriminations à l’embauche font rage, la start-up a trouvé son vivier. Mais pour les aspirants chauffeurs, c’est un mirage. Bercés par l’espoir de devenir patron, ils se réveillent souvent englués dans la précarité…

Une enquête-BD réalisée par Alexia Eychenne et Thierry Chavant, parue dans La Revue dessinée de l’automne 2017, à retrouver aussi sur Les Jours.