En Afrique du Sud, de la lutte contre l’apartheid aux drames de la pollution

Les habitants de Sharpeville, township historique d’Afrique du Sud, sont malades de la pollution de l’air et de la contamination des eaux. La faute au trio industriel ArcelorMittal-Sasol-Eskom, mais aussi à la faillite de l’État et à une pauvreté endémique.

Un article paru dans Mediapart le 20 décembre 2020 à lire ici.

 


Les mareyeuses d’Abidjan en lutte contre la pêche industrielle

En Côte d’Ivoire, la politique de grands travaux du président Alassane Ouattara, qui commence un troisième mandat très contesté, se traduit par le « déguerpissement » de nombreux habitants pauvres et travailleurs informels. Grâce à leur lutte, les vendeuses de poisson (mareyeuses) du port de pêche d’Abobo-Doumé ont évité ce triste sort.

Un article paru dans Reporterre le 20 novembre 2020 à lire ici.


Assa Traoré : « Je donne de l'espoir à la nouvelle génération »

Quatre ans après la mort d’Adama Traoré dans les locaux de la gendarmerie de Persan, suite à une interpellation, sa sœur mène le combat en sa mémoire avec une détermination inaltérable. Devenue une figure internationale de la lutte contre le racisme et les violences policières, elle incarne une nouvelle génération de Français•e•s issu•e•s des quartiers populaires qui ne se laissent plus voler la parole et ne s’excusent plus d’exister.

Un article paru dans Antidote le 8 octobre 2020 à lire ici.


La sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio en croisade contre les musulmans et les quartiers populaires

À Saint-Gratien (95), l’ancienne maire LR, aujourd’hui sénatrice, mène une guerre contre les quartiers populaires et les musulmans : destruction du stade de la cité, interdiction de cantine pour les enfants de réfugiés, actions contre le voile…

Un article paru dans StreetPress le 6 juillet 2020 à lire ici.


Dans les vignobles sud-africains, les ouvriers agricoles noirs vivent l’enfer

Salaires de misère, exposition aux pesticides, endettement auprès des fermiers… En Afrique du Sud, les conditions des ouvriers agricoles — noirs et métis — de la riche région viticole du Cap-Occidental ont peu évolué depuis la fin de l’apartheid. Certaines fermes, en partie gérées par les travailleurs, tentent de changer la donne.

Un article paru dans Reporterre le 24 février 2020 à lire ici.


Ni noirs ni blancs, les «Coloured», grands oubliés de l’Afrique du Sud post-apartheid

Dans les anciens townships « coloured » du Cap, les habitants subissent le chômage, l’addiction aux drogues et la violence des gangs. À la veille des élections du 8 mai, certains habitants sont tentés par des discours aux relents antinoirs. D’autres s’organisent pour protéger leur communauté et combler l’absence de l’État.

 

Un article paru dans Mediapart le 5 mai 2019 à lire ici.