Numérique et collaboratif. Pour le meilleur et pour le pire

Numérique et collaboratif. Pour le meilleur et pour le pire

MAGAZINE. Des premières plateformes d’échange de biens et services, sans recherche de profit, aux entreprises dématérialisées sans salariés ni bureau… l’économie « collaborative » recouvre des réalités bien
différentes dont il revient de cerner les enjeux pour la guider vers l’intérêt général des travailleurs.

Tout commence avec l’innovation informatique qui progressivement nous a fait entrer dans l’ère du numérique. Devant son écran, les frontières ont disparu. Tout acte est relativement simple et souvent moins couteux que sa version non dématérialisée. Désormais, un « click » peut entrainer derrière lui des centaines de milliers d’autres clicks (…)

Un article de Marion Esquerré, parue dans les pages « Au travail » de l’Humanité Dimanche n°502, du 10 mars 2016.

Dans la rubrique « Vos droits », la journaliste s’intéresse à un récent arrêt de la Cour de cassation portant sur le critère du respect des valeurs républicaines, auquel les organisations syndicales doivent répondre pour prétendre à la représentativité.